Philosophie

la notre

Même si la pizza est née comme une nourriture à bas prix, destinée à apaiser la faim des classes les plus pauvres, elle est un petit chef-d’œuvre de la cuisine populaire italienne. 
Il suffit de prononcer son nom pour évoquer de plaisants souvenirs de saveurs et d’odeurs appétissantes, que même le palais le moins préparé, apprécie instinctivement.


Dés la première bouchée, l’on est confronté à une gamme de goûts nets, qui s’exaltent et créent des contrastes magistraux.

Certaines saveurs piquantes, comme les anchois de la pizza napolitaine, sont immédiatement tempérées par le goût rond et sensuel de la mozzarella, tandis que les tomates et l’huile d’olives savamment dosées afin que la générosité ne dégénère pas en excès.


Tout est une question d’équilibre dans la pizza, on assiste bien trop souvent à des mélanges  inadaptés et gustativement très modestes.
L’orchestration des saveurs varient d’une pizza à l’autre, mais elle est toujours constituée à la base d’une recette qui a fait sa renommée.
Quelle pizzeria ne met pas d’anchois et câpres sur sa pizza napolitaine…


La pâte est la structure gastronomique la plus importante, elle apporte un goût plein mais sans excès  à la tonalité moelleuse et craquante.
Ajoutons que la pizza ne se contente pas de faire appelle au goût et à l’odorat mais sollicite aussi agréablement la vue.

« Une pizza reflète la personnalité de celui qui la prépare et, d’une certaine manière, celle de celui qui la mange, à condition qu’il ait le choix. »